La chasteté

Certes, le mot de chasteté paraît aujourd’hui bien démodé, et c’est tout juste si nous avons encore la possibilité de l’employer, dans notre entourage. Pourtant je vais essayer de montrer, au cours de cet exposé, qu’il n’est peut-être pas de mot plus conforme aux recherches des sciences humaines contemporaines pour désigner l’attitude que les chrétiens doivent avoir pour vivre de la façon la plus humaine possible leur sexualité.

En éducation, parler de morale mission possible !

La morale semble souvent battue en brèche. On hésite parfois à en parler aux jeunes de peur de paraître ringard. Comment alors proposer ce sur quoi nous avons le sentiment d’avoir fondé notre vie ? Et puis, comment nous-mêmes y voir plus clair ? Xavier Thévenot questionne notre attitude concrète et la construction de nos cours. « Ces quelques réflexions bien sommaires auront peut-être fait comprendre que les exigences morales ne tombent jamais du ciel ; même quand on est chrétien, elles surgissent d'une volonté de donner sens à notre vie et de la prise au sérieux des passages obligés pour ce don de sens. »

Les ailes et le souffle

C'est pourquoi il est légitime d'affirmer que la tâche éducative chrétienne est comme un « sacrement », c'est-à-dire comme un « signe efficace » de la rencontre de Dieu. Don Bosco avait pleinement saisi cela. Selon lui, c'est au cœur de la relation éducative, quand elle se veut pleinement humanisante, que Dieu fait sentir sa présence active à l'éducateur. L'action pédagogique, aux yeux d'un salésien, n'est donc pas un à côté de la vie spirituelle : comme si celle-ci se vivait d'abord dans les exercices de piété ou dans la liturgie ! L'action pédagogique est bien plutôt le constitutif essentiel de l'accueil du Christ ressuscité que l'éducateur cherche à vivre.