Amour

Se référer à la page Psychologie et relations, amour et amitié ou Charité.

Beauté

Qu'est-ce que la beauté ? Une conférence très accessible adressée aux lycéens, téléchargeable avec son diaporama. Par Guillaume Dupont.

Dignité

Contre le concept de dignité : Ogien : « Ce concept ne permet pas de faire un tri précis entre ce qui peut être légitimement acheté ou vendu et ce qui ne peut l’être en aucun cas. Ce que je reproche surtout au concept de dignité, c’est son contenu paternaliste. Il ne sert pas à protéger les gens de la violence des autres mais à les protéger d’eux-mêmes, comme s’ils étaient des enfants turbulents et irresponsables. Il ne contribue pas à étendre nos libertés individuelles : il les limite. »

Le prix de la dignité : Kant : « Ce qui a un prix peut être remplacé par quelque chose d’autre à titre d’équivalent. »

L'être humain comme fin : Kant : « L'être humain,existe comme fin en soi, et non pas simplement comme moyen pour l'usage que pourrait en faire, à son gré, telle ou telle volonté, mais il faut qu'il soit toujours considéré dans toutes ses actions en même temps comme fin. »

Tu as de la valeur : Petit exemple ludique facile à comprendre pour démontrer que notre valeur ne dépend pas de nos actes ou du regard des autres sur nous, ni de ce qu'ils ont fait de nous.

Homme, humain

Voir aussi les articles référencés sur la page bioéthique pour des réflexions éthiques sur la nature humaine.

L'être humain n'existe pas : La thèse que nous soutenons ici, selon laquelle « l’être humain n’existe pas », doit, en dehors de son aspect volontairement provocateur, être comprise ainsi : il est en définitive impossible d’établir un ou plusieurs critères qui soient à la fois nécessaires et suffisants pour définir ce qu’est un être humain. Dire que l’être humain n’existe pas, ce n’est donc pas nier l’existence réelle d’hommes ; c’est refuser l’univocité des concepts d’« être humain » et d’« humanité ».

Les rendez-vous du futur : Étienne Klein nous partage ses réflexions sur la science ses promesses et ses mensonges, l'avenir, le progrès, l'humanité, l'écologie, la métaphysique, le partage inégal des profits de la science...

L'humain selon Jean Vanier : La contribution importante de Jean Vanier à la réflexion sur le sens de l'être humain est la résultante d'une foi profonde et non dogmatique et de sa formation de philosophe. Elle trouve cependant son inspiration première dans les amitiés fidèles que Jean Vanier a cultivées avec plusieurs personnes touchées par une déficience intellectuelle. « Liberté, dignité et ouverture pour tous les êtres humains », « Une vie qui a du sens est une vie où s'exerce la compassion et le service », « L'accomplissement de soi atteint sa plénitude dans les relations qui se créent au-delà des différences qui nous séparent. »

Liberté

Autonomie ou hétéronomie ? De quoi parle le sujet humain lorsqu'il parle de son autonomie. Comme associer héritage et liberté individuelle ?

Les Lumières

À quelle distance sommes-nous des lumières ? L'esprit des Lumières promeut l’autonomie de l’entendement et la primauté de l’esprit scientifique. Il pose également la finalité humaine de nos actes – on ne vise pas Dieu, mais les hommes –, et l’universalité, notamment celle des droits de l’homme. Nous nous considérons volontiers comme les héritiers des Lumières. Mais à quelle distance sommes-nous réellement de leur esprit ? Questions autour de la notion de vérité et de progrès. Par Étienne Klein.

Sites ou articles généralistes

Le Mag philo : Les « Mag » sont des dossiers thématiques en ligne accompagnés, chaque trimestre, d’un agenda disciplinaire qui recense l’actualité officielle et événementielle. Les sujets traités font l’objet d’approches croisées de la part des divers intervenants : enseignants, chercheurs, praticiens, écrivains, etc.

Le livre des grands contraires philosophiques : Quand on grandit, on peut aborder des notions complexes, abstraites, mais on a quand même besoin de visualiser pour comprendre. Or comment montrer des idées ? C'est le pari un peu fou que relève ce livre pas comme les autres. Douze couples de contraires - fini et infini, temps et éternité, moi et autrui... - sont montrés dans ce qui les oppose (la définition de chacun des termes), puis dans ce qui les relie (une question et une conclusion qui montre en quoi chacun a besoin de l'autre).