Version imprimableSend by email

 

S’il te plaît, Seigneur, ne m’interromps pas, je prie !

Notre Père qui es aux cieux…

Oui ?

S’il te plaît, ne m’interromps pas, je prie.

Mais tu viens de m’interpeller !

Moi, t’interpeller ? Enfin oui, non, à vrai dire non. Nous prions ainsi : « Notre Père qui es aux cieux »

Tu vois, tu m’appelles encore. Veux-tu me parler ?

Que ton nom soit sanctifié !

Crois-tu cela sérieusement ?

Que dois-je prendre au sérieux ?

Veux-tu vraiment sanctifier mon nom ? Sais-tu au moins ce que cela signifie ?

Cela signifie, cela signifie… Bonté divine, je ne sais pas ce que cela signifie. Comment le saurais-je ?

Cela veut dire que tu veux m’honorer, que je suis unique pour toi, que mon nom t’est précieux.

Ah oui, cela je comprends.

Que ton règne vienne ! Que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel !

Fais-tu quelque chose pour cela ?

Pour que ta volonté se fasse ? Bien sûr, je vais régulièrement à l’église, je donne pour les missions.

Mais je veux plus. Je voudrais que ta vie soit en ordre. Que tu domines tes habitudes qui énervent les autres. Que tu apprennes d’eux. Je voudrais qu’une aide soit apportée à tous les hommes afin qu’ils arrivent à la vérité. Je veux que les malades soient guéris, consolés ceux qui sont dans la tristesse et libérés les prisonniers. Tout ce que feras pour ces gens, tu le feras pour moi.

Pourquoi me reproches-tu cela à moi ? Sais-tu combien de riches hypocrites sont assis dans les églises. Adresses-toi d’abord à eux.

Excuse-moi, je pensais que tu priais pour que mon règne vienne et que ma volonté soit faite. Cela commence toujours concrètement chez celui qui prie pour cela. C’est seulement lorsque tu voudras la même chose que moi, que tu pourras être le messager de mon Royaume.

Oui, je pige. Pourrais-je continuer maintenant ma prière ?

Donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour !

Te rends-tu compte combien de kilos tu as en trop ? Si tu pries ainsi, tu t’engages à faire quelque chose afin que les millions d’affamés aient tous les jours leur pain.

Pardonne-nous nos offenses comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés !

Et quelle est donc cette histoire avec Daniel ?

Je t’en prie, ne me parle pas de celui-là. Tu sais combien il me décrie ; il est tellement insolent avec moi que je vois rouge avant même qu’il n’ouvre la bouche. En plus, il le sait et il se fiche de moi. Ce type a…

Je sais, je sais, et ta prière ?

Ce n’est pas ainsi que je l’ai comprise.

Au moins, tu es sincère. Est-ce que cela t’amuse de te balader avec tant d’aigreur et d’antipathie ?

Cela me rend malade.

Je veux te guérir. Tu y perdras peut-être un peu de ta gloriole, mais cela t’apportera la paix.

Hum ! Je ne sais pas si j’y arriverai.

Je t’aiderai.

Et ne nous soumets pas à la tentation, mais délivre-nous du mal.

Moi, rien ne me tient plus à coeur que cela ; encore faut-il que tu évites les personnes et les situations qui te mettent en tentation.

Que veux-tu dire par là ?

Tu connais tes points faibles : ton manque de caractère, ton attitude ambiguë face à l’argent, l’envie, la violence… Ne donne pas prise à la tentation.

 Je crois que voilà le « Notre Père » le plus difficile que j’aie jamais prié. Mais c’est bien la première fois que cela a un rapport avec ma vie.

 Vois-tu, c’est ainsi que nous avancerons. Termine maintenant tranquillement.

Car c'est à toi qu'appartiennent, le règne, la puissance et la gloire, pour les siècles des siècles.

 

Articles bibliques liés:



Étiquettes: