Version imprimableSend by email

L'activité se présente simplement comme un bricolage à réaliser et se révèle en fait être révélatrice de la dynamique de groupe de la classe.

Il s'agit pour chaque groupe de la classe de construire un maximum de cubes en papier en un temps limité. Il n'y a pas de règles, le professeur est seulement un observateur qui prend des notes (il animera le debriefing à la fin de l'activité). L'astuce consiste à répartir le matériel nécessaire à l'activité de manière inégale et de façon à ce que des échanges soient obligatoires entre les groupes pour réaliser beaucoup de cubes.

Comme il n'y a pas de règles, ces échanges pourront être de type commercial (échange, location...), de solidarité, voire des vols ou autres tactiques déloyales plus ou moins violentes. À ce propos, mon expérience me dit qu'il faut être prudents avec les ciseaux ! De plus, puisque des échanges musclés ne tarderont pas à survenir, placez-vous dans un endroit où il est possible de faire du bruit et où rien de fragile n'est présent ! Cette absence de règles va vous permettre de découvrir vos élèves sous un autre jour : qui restera dans son coin, qui prendra l'initiative, qui profitera de l'absence de sanction pour voler ?

Le lien suivant donne deux exemples d'organisation du jeu.

L'évaluation en groupe est capitale pour donner du sens à cette activité. Laissez d'abord passer la tempête d'affects (« C'est pas juste, ils ont cassé tous mes cubes ! » « On n'avait même pas le matériel nécessaire pour faire ce qu'il fallait ! »). Ensuite, voyez comment le groupe a travaillé et si il n'y aurait pas eu moyen de faire autrement. Pour que cet échange soit riche, il est important que l'observateur et noté des comportements concrets et des phrases échangées durant le jeu. Cela lui permettra de renvoyer en miroir aux élèves ce qui s'est réellement passé.

Une réflexion sur la coopération, la concurrence, la partage, l'inégalité des ressources, la nécessité de règles commerciales... peut être entamée. En général, je préfère n'en parler qu'à ce moment pour ne pas influencer la manière dont les enfants gèrent le jeu.